Crise à la RB : situation confuse, mercredi, au tribunal de première instance de Cotonou

Les juges saisis du dossier relatif à la crise au sein du parti la Renaissance du Bénin finiront-ils par libérer les camps antagonistes? La question n’est pas anodine eu égard aux multiples reports et au spectacle désolant dont les conseils de l’ancien Maire de Cotonou ont été impuissamment témoins dans la journée de ce Mercredi 08 Novembre 2017.

En effet, initialement prévu pour le Mardi 07 Novembre 2017, le délibéré a été rabattu à la demande du procureur de la République afin de permettre aux différentes parties de joindre toutes les plaintes afin de permettre aux juges de donner une décision unique.

[su_heading size=”17″]Lire aussi : Enième report de la délibération de l’Affaire RB: les indignations de Robert Dossou [/su_heading]

Le verdict du juge était donc attendu ce Mercredi 08 Novembre 2017 pour mettre un terme à ce bras de fer qui n’a fait que trop duré. Mais malheureusement, l’épilogue tant attendu n’a pas eu lieu hier.

Qu’il vous souvienne qu’après plusieurs reports, le délibéré prévu pour le Jeudi 21 Septembre 2017 fut reporté au 30 Octobre à cause de l’absence de deux juges au tribunal pour raison de congé; selon les informations reçues. Du fait des mouvements de grève, le rendez-vous du 30 Octobre aussi n’a pas pu tenir. C’est alors que la journée du mardi 07 Novembre 2017 fut retenue et ensuite reportée au lendemain.

Aussi, dans la matinée du Mercredi 08 Novembre, le juge après l’ouverture de l’audience a écouté les deux parties sur l’exception de connexité soulevé par les conseils du camp du président Abraham Zinzindohoué. Une exception qui a été d’ailleurs rejetée par le juge qui estime que la lettre de désistement des conseils du Maire Soglo Léhady de la procédure enclenchée auprès du juge des référés ne souffre d’aucune irrégularité et
déclarent ces précédentes procédures éteintes.

Une suspension fut alors intervenue et le délibéré du juge programmé pour la reprise du procès prévue pour 15 heures. mais contre toute attente, à l’heure prévue pour le délibéré, juges et greffiers en charge du dossier disparaissent du tribunal et ne donnent plus signe de vie.

Une heure de temps après, les avocats du camp Zinzindohoué quittent eux aussi le tribunal laissant le collège d’avocats présidé par Me Robert Dossou qui défend les intérêts de la famille SOGLO. Est ce un refus de rendre une décision? Qu’est ce qui s’est passé durant la période de suspension pour que le juge soit obligé de disparaître? Difficile de trouver pour le moment des réponses à ces questions.

Mais ce qu’il importe de retenir  est que pour des raisons non élucidées, les jugent n’ont pas pu départager les deux camps antagonistes qui devront encore attendre; mais jusqu’à  quand ? l’avenir nous le dira.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus