La première télé béninoise 100% Web

Commune de Cotonou: Toboula autorise à nouveau le transport de l’essence “Kpayo”

En vue d’assurer la sécurité des usagers de la route, je vous demande de bien vouloir instruire le commissaire central et les commissaires d’arrondissement de la Commune de Cotonou aux fins de prendre des dispositions utiles pour mettre en fourrière  tous les camions et motos transportant de l’essence frelatée sur les axes routiers de la commune“. Telle se présente un extrait de la correspondance du préfet Modeste Toboula au directeur départemental de la police nationale.

A peine une semaine après, le préfet du Département du Littoral, Modeste Toboula vient de faire un rétropédalage dans le dossier interdiction de transport d’essence frelatée sur les axes routiers de son territoire de compétence.

En effet, face aux acteurs de la vente informelle de l’essence frelatée, le préfet Modeste Toboula est revenue sur sa décision en autorisant à nouveau le transport du produit inflammable sur les axes routiers de Cotonou.

Dans sa nouvelle décision, le préfet Modeste Toboula a assorti son autorisation à un créneau horaire à respecter par les transporteurs dudit produit. Selon la nouvelle décision du préfet rendue publique le Vendredi 10 Novembre 2017, les transporteurs sont autorisés à faire circuler le produit illicite de 00 H à 05 H du matin.

Qu’il vous souvienne que l’association des vendeurs de l’essence frelatée a fait une sortie il y a quelques jours pour faire des propositions à l’endroit du gouvernement et surtout remercier le chef de l’État pour n’avoir pas enclenché une guerre sanglante contre les vendeurs de l’essence frelatée. Au cour de la même sortie, ils ont affirmé leur soutien total au “PAG-BENIN RÉVÉLÉ” et ont promis extirper de leur rang tout vendeur d’essence frelatée qui ne se ferait pas enregistrer pour le RAVIP. Cette sortie des membres de cette association est-elle pour quelque chose dans le rétropédalage actuel ? Difficile d’être affirmatif. Mais il importe qu’à l’avenir, nos autorités prennent suffisamment de temps pour mûrir leur décision avant de la rendre publique; cela en va de leur crédibilité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.