La première télé béninoise 100% Web

Kako Nubukpo: “les autorités sénégalaises ont choisi le déshonneur mais auront la guerre quand même”

L’ancien ministre de la Prospective et de l’Évaluation des politiques publiques du Togo et actuellement directeur de la Francophonie économique et numérique au sein de l’Organisation Internationale de la Francophonie, Kako Nubukpo a laissé ses commentaires sur l’expulsion du Sénégal du front anti-Cfa dans la nuit du 06 au 07 septembre 2017. Invité sur le plateau de Tv5, l’économiste a fustigé l’acte d’expulsion de Kemi, un acte qu’il extrêmement grave.

Le chercheur associé à l’université d’Oxford, University College, Royaume-Unis et co-auteur du livre Sortir l’Afrique de la servitude monétaire s’est appuyé sur une phrase célèbre de  Churchill après les accords de Munich avant la deuxième guerre mondiale pour expliquer la gravité de l’acte posé par les autorités sénégalaises. “vous avez voulu éviter la guerre, vous avez choisi le déshonneur”.

Ce que j’ai envie de dire“, fait savoir Kako Nubukpo sur le plateau de Tv5, “c’est que là, les autorités sénégalaises (toute proportion gardée) ont choisi le déshonneur mais elles auront la guerre quand même.” Selon l’économiste, le fait d’expulser Kemi Seba est l’illustration parfaite que les gens qui dirigent cette monnaie Cfa ne veulent pas ouvrir le débat sur les questions de fond. Pour lui les dirigeant africains “sont dans ce qu’on appelle la servitude volontaire”. Un syndrome qui, pour Kako Nubukpo, s’observe quand l’esclave refuse la liberté que lui offre son maître.

“Ce qu’on reprochait à Kemi Séba sont les troubles à l’ordre public que pouvaient engendrer les manifestations prévues le 16 septembre, mais je crois que par rapport aux valeurs africaines, par rapport à ce que le Sénégal représente, le pays de la Teranga, donc le pays de l’hospitalité, c’est un acte qui, symboliquement me parait grave.” a laissé entendre Kako Nubukpo

4 commentaires
  1. Madiagne DIAKHATE dit

    Très bien dit. Une bonne partie de la croissance française se fait au détriment des pays de la zone CFA dont l’appauvrissement continu alimente partiellement le développement de la France. Tout dirigeant, tout intellectuel de cette zone, doté du pouvoir de briser cet asservissement, cette exploitation éhontée et qui ne s’y attèle pas, doit être considérée comme traite à sa patrie.

  2. Anonyme dit

    A qui profite l’expulsion de Kemi si ce n

    1. SEGNI dit

      Si ce n’est la France à travesr Macky Sall et les pontis du cfa.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.