La première télé béninoise 100% Web

Afrique : Bolloré reprend le contrôle des terminaux à conteneurs de 5 pays

Le « consortium Bolloré » a été désigné pour la reprise partielle des activités de Necotrans au Bénin, en Côte d’Ivoire, au Togo, au Cameroun et au Burkina Faso. C’est la décision rendu par le tribunal de de commerce de Paris le 25 août 2017 dans le cadre du jugement du redressement judiciaire du groupe Necotrans, premier concurrent du groupe Bolloré en Afrique essentiellement, dans la gestion de terminaux portuaires, le secteur pétrolier et gazier, et la logistique minière.

Ouvert le 29 juin 2017 en France, la procédure de redressement judiciaire, avec période d’observation de 6 mois, au bénéfice de 11 des sociétés du groupe situées en France, dont Necotrans Holding, la société de tête, a tourné en faveur du « consortium Bolloré » composé de African Ports & Corridors Holdings (APCH), basé à Maurice et constitué par le gérant de fonds African Investment Infrastructure Managers, filiale de la compagnie d’assurance britannique Old Mutual ; de Bolloré Africa Logistics (BAL), filiale du groupe Bolloré ; du groupe marocain Premium, spécialisée dans la distribution de biens d’équipement, et enfin du groupe de construction navale libanais Privinvest des frères Iskandar et Akram Safa.

Bolloré, épaulé par le consortium, a racheté à 3 millions d’euros les actifs du Groupe Nécotrans en Afrique et possède désormais les participations de Necotrans dans Terra, le terminal roulier d’Abdijan, dans la Société de Manutention du Terminal à Conteneurs (SMTC) du Bénin, dans la société Douala International Terminal, au Cameroun, dans le Terminal sec du Burkina Faso (TRCB), dans les terminaux de manutention conventionnelle détenus et opérés par Necotrans, ainsi que les participations minoritaires de Necotrans au Bénin, au Cameroun et au Brukina Faso. Bolloré renforce ainsi sa position dans le domaine portuaire au Bénin, en Côte d’Ivoire au Togo, au Cameroun et au Burkina Faso.

Selon les administrateurs judiciaires, le rachat des actifs de Necotrans par le « consortium Bolloré » permet le maintien de 86 des 119 emplois directs dans les sociétés françaises de Necotrans en redressement judiciaire, et de 1.100 emplois dans les filiales africaines, pour une valorisation globale d’environ 17,2 millions d’euros. Grégory Quérel, le président de Necotrans, pour ce qui le concerne a estimé que le périmètre social de ces offres sont faible. Il a notamment souligné que deux-tiers des filiales du groupe, principalement des agences en Afrique, ne sont pas reprises.

1 commentaire
  1. […] Visitez le site de Beninwebtv Author: {Beninwebtv} […]

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.