La première télé béninoise 100% Web

Le Maroc s’engage à adopter la monnaie unique de la Cédéao dès son adoption

Le président de la Commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’ancien ministre béninois de l’analyse économique, du développement et de la prospective, Marcel de Souza était le Mardi 29 Août dernier en visite dans la capitale marocaine dans le cadre des discussions pour l’adoption de la Monnaie unique par le Maroc.

Selon le président de a commission de la CEDEAO, citant une lettre du Roi Mohammed VI, « le Maroc s’engage à l’adhésion à une monnaie unique le jour où elle sera adoptée par la Cedeao». Une décision qui justifierait entre autre le motif du déplacement du président de la commission de la CEDEAO dans la capitale du royaume Chérifien.

En effet, pour le ministre marocain des affaires étrangères, Nasser Bourita, cette visite du président de la commission de la CEDEAO au Maroc s’inscrit dans le cadre des préparatifs pour la validation définitive (prévue pour le 16 Décembre 2017 à Lomé) de la décision du Maroc a intégré la CEDEAO.

Il faut préciser que le 04 Juin 2017, le conseil des chefs d’état de la CEDEAO réuni à Monrovia a validé l’accord de principe pour l’adhésion du Maroc dans la CEDEAO. Car, faut-il le préciser, il importe en effet que les dirigeants de la zone d’intégration et ceux du royaume chérifien s’accordent sur quelques «dispositions diplomatiques et surtout juridiques pour conclure le traité additionnel qui conférera au Maroc le droit de devenir adhérent à part entière de la Cedeao », a expliqué à la presse, Marcel de Souza.

Pour lui, le processus en cours nécessite une préparation méticuleuse car il n’ aura pas possibilité de regarder dans le rétroviseur. «Le Maroc va adhérer à un marché de 340 millions de consommateurs et à un schéma de libération des échanges ainsi qu’un tarif extérieur commun. La Cedeao dispose de 6 000 lignes tarifaires et le Maroc en a 17800, il faudra harmoniser tout cela dans la durée », conclut l’ancien ministre béninois.

BENIN WEB TV
• Navigation simple et intuitive
• Ne manquez plus jamais une actualité
• Article disponible hors connexion...
• Les alertes ont été entièrement revues !
• Et bien d'autres encore...
* Application entièrement gratuite
Télécharger l'Application
4 commentaires
  1. Le Noir dit

    Nous les noirs africains d’Afrique noire, nous ne voulons pas de l’adhésion du Maroc à la Cédéao.
    Ils ne vont rien nous apporter. Il n’y aura que des soucis avec eux.
    Ras le bol. ça suffit. Nous n’avons rien à voir avec eux.
    Ils sont toxiques et nuisibles.
    Ils veulent profiter de nos ressources et nous refiler leurs déchets.
    C’est tout.
    De plus il y a de gros soucis de religions chez eux que nous n’avons pas chez nous.
    Vous savez qui a gagné les élections chez eux ? Attention danger.
    Il faut se protéger de ces gens dangereux.

    1. Anonyme dit

      En fait ,leMaroc n’a pas besoin de ceux qui ont peur de lui,il est assez grand et capable pour produire et gérer ses richesses lui meme,y’a que les imbéciles qui ont peur.

  2. Anonyme dit

    Je suis marocain, je veux répondre Mr le NOIR, tu as raison de parler des soucis, mais les relations du Maroc avec le Sénégal et mali remontent aux moyen âge, il y avait des caravanes de marchandise qui traversent le désert du sud vers le nord et du nord vers le sud. Aussi beaucoup de malien, de sénégalais, de boukinabais les nigeriens etc sont de confession musulmane depuis le moyen âge. Et j’ajoute que la CDAO sera élargie jusqu’au portes de l’Europe( la distance entre Tanger et Algesiras est 15km) le commerce avec l’Espagne sera plus facile

  3. touzani dit

    il faut bien se mettre dans la tête,qu’on le veuille ou pas, que le Maroc est un pays africain et que plusieurs pays ont donné leur agrément à être un partenaire et un collaborateur incontournable car il savent bien les potentialités et les ressources de cet allié stratégique dont tu éprouves une rancœur invraisemblable.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.