La première télé béninoise 100% Web

Intelligence économique et stratégie d’entreprise : différence et complémentarité en Afrique (2 sur 2)

Dans la suite de ses précédentes publications le Contrôleur Général de Police à la retraite Mr Clovis ADANZOUNON et les Experts de l’Agence Privée d’Investigations et d’Analyses Stratégiques (APIAS), intervenant dans les domaines de l’Intelligence Economique, des Renseignements économiques, en expertise et conseil en sécurité, en élaboration de stratégie, vous proposent de découvrir ensemble quelques nuances entre Intelligence économique (I.E) et Stratégie d’entreprise et leur rapport pour la performance des entreprises.

a- Qu’est-ce que la stratégie d’entreprise ?

Les définitions de stratégie sont innombrables. Une situation en partie due d’une part, aux divers niveaux où se situe la stratégie (stratégie générale, stratégie militaire etc.) et d’autre part, aux domaines auxquels elle s’applique (stratégie économique, stratégie culturelle…).

D’origine militaire, la stratégie signifie l’art de conduire une armée et, plus généralement, l’art du commandement. Elle n’est pas statique, mais intrinsèquement liée au mouvement. K. Von Clausewitz (Général prussien, 1780-1831) dira à propos que, la stratégie est « la combinaison des différents combats qui composent la guerre en vue d’atteindre le but de la campagne et celui de la guerre ».

Point n’est de trouver rébarbatif de vouloir toujours lier la stratégie à la guerre. C’est un fait, une évidence. Les relations économiques, politiques, culturelles, technologiques, etc. évoluent dans un contexte de guerre. Les Etats, comme les entreprises sont en permanence dans une relation de recherche de puissance des uns sur les autres. Les relations économiques imposent donc aux dirigeants qu’ils soient d’Etat ou d’entreprises d’intégrer cette donne fondamentale au risque de se perdre.

La stratégie d’entreprise doit se comprendre alors comme étant l’ensemble des actions spécifiques longuement muries et devant permettre d’atteindre les buts et objectifs inscrit dans la politique générale de l’entreprise. Il s’agit alors pour tout entrepreneur de définir à court, moyen et long terme des buts et objectifs, et de choisir les actions, puis les ressources nécessaires pour les atteindre.

d- Comment réalise-t-on la stratégie d’entreprise ?

La réalisation de la stratégie d’entreprise est un processus soigneux qui repose en partie sur la politique générale qui est le fruit des motivations, de la formation et de la culture des dirigeants. En tant que document de conception et de pilotage des actions pour saisir des opportunités, la stratégie d’entreprise va permettre de :

  • Donner une orientation (définition d’une vision claire de l’horizon souhaité en s’appuyant sur l’analyse de l’environnement) ;
  • Décliner les objectifs en tant que quantification de la vision par rapport à un secteur ou un domaine spécifique en prenant appui sur les facteurs de succès ;
  • Décliner les actions/activités pouvant permettre de réaliser les objectifs à travers différents scénarii;
  • Identifier les compétences distinctives (ressources, procédés et aptitudes) nécessaires à la réalisation des objectifs ;
  • Assurer le contrôle ou évaluation de la mise en œuvre en vue des modifications.

II- Quel est le rapport réel entre l’Intelligence économique et la Stratégie d’entreprise ?

Comme vous venez de le constater, toutes ces actions ne peuvent se réaliser que sur la base des renseignements généraux orientés vers l’économie.

En d’autres termes, l’intelligence économique permet la réalisation de la stratégie de l’entreprise. Elle est l’élément précurseur à toute mise en œuvre des techniques nécessaires pour atteindre les clients. Comme dans une guerre conventionnelle, le client est un « potentiel ennemi » qu’il faut dominer pour qu’il puisse acheter le produit. Ainsi donc, sans intelligence économique, l’entreprise est sûre tôt ou tard d’aller droit dans le mur ou de déposer le bilan car,  elle n’arrivera jamais à identifier sa cible c’est-à-dire ses clients.

Le rapport entre l’Intelligence économique et la stratégie d’entreprise s’appréhende donc à travers les objectifs poursuivi par chaque concept.

A priori, on note que l’Intelligence Economique et la stratégie d’entreprise visent la performance de l’entreprise. Mais cette visée ne se situe pas dans les mêmes diapasons. La stratégie est portée par la vision et l’Intelligence Economique doit permettre à la stratégie d’atteindre cette vision. L’Intelligence Economique apparait donc comme un outil qu’il faille utiliser pour atteindre les objectifs fixés par et pour la stratégie.

Mais l’Intelligence Economique se positionne comme un outil majeur en ce sens qu’elle permet la coordination des autres actions nécessaires pour la stratégie. En effet, avant l’avènement de l’Intelligence Economique, les entreprises élaboraient et suivaient des stratégies. Mais l’Intelligence Economique permet aux entreprises aujourd’hui de posséder un moyen supplémentaire de coordonner dans une seule démarche plusieurs actions qu’elles exécutaient de façon éparse.

Et il n’y a pas de risque à dire que c’est cette situation qui participe du faible usage de l’Intelligence Economique dans les entreprises de nos jours.

III- Quelle est en réalité l’état des lieux de l’Intelligence économique et de la stratégie en Afrique ?

De façon générale, dans les pays francophones, ces deux concepts sont presque méconnus par les gouvernants et les cadres pour la simple raison que la France, le pays colonisateur s’est abstenue de développer dans les universités ces deux filières juste pour handicaper, empêcher leur la libération de sa tutelle.

Jusque dans un passé récent, tous les gouvernants successifs des pays francophones ont royalement ignoré ces deux concepts. Le corollaire de cette inaction est qu’il n’existe aucune réelle stratégie de développement et aucune cellule nationale d‘intelligence économique. Du coup, tous ces pays se trouvent actuellement dans un état vulgairement appelé pays sous-développés ou pays en voie de développement.

Tant que les dirigeants et les cadres ne vont pas prendre ces concepts comme un bréviaire, la situation va demeurer telle.

En 2016, les chercheurs Ben Gilad et Leornard Fuld (fondateurs de FGH Academy of Competitive Intelligence) ont démontré qu’une entreprise sur deux consomme les produits de l’I.E aux USA.

Si la situation aux USA est de l’ordre de 1/2, que peut-il en être en Afrique ? Bien malin qui va s’y essayer. Néanmoins, on reconnait qu’en Afrique, l’Intelligence Economique n’est pas la préoccupation des Très Petites Entreprises (TPE), ni des Petites et Moyennes Entreprises (PME). Les entreprises qui sollicitent ou utilisent l’Intelligence Economique sont souvent les multinationales et les grandes entreprises.

Dans l’ensemble, l’Afrique vit à deux vitesses. Celle plus rapide des pays anglophones et de l’Etat marocain ; puis celle un peu lente des pays francophones dans lesquels, l’effort de diffusion de la philosophie et de l’esprit de l’Intelligence Economique est porté pour le moment par les chambres de commerce et d’industrie.

Ce qui est sûr c’est que les entreprises tôt ou tard iront résolument vers l’Intelligence Economique car, elles en ont besoin pour définir des stratégies viables sans quoi, elles risquent de laisser le champ soit à leurs concurrentes ou à d’autres qui s’en seront munis.

IV- Que faire pour une performance des entreprises ?

Si l’on admet que la stratégie est la théorie relative à l’usage des combats au service de la guerre en tant qu’acte de violence destiné à contraindre l’adversaire à exécuter notre volonté, il se dégage qu’il faut avant la guerre se préparer mais aussi se munir des meilleures armes. Dans le contexte économique actuel dominé par une abondance de l’information, les entreprises doivent recourir impérativement à l’Intelligence économique pour compter atteindre efficacement leurs objectifs. Il en résulte donc Intelligence économique et Stratégie d’entreprise sont deux concepts complémentaires, indissociables, intimement liées.

Comme dans la guerre, une information rendue disponible mais non utilisée ou mal utilisée est préjudiciable pour la suite. De même, engager une guerre sans savoir là où se trouve l’ennemi conduit à un échec certain car, il ne sert à rien de naviguer à vue.

Somme toute, le cabinet exhorte les dirigeants des TPE et des PME à prendre au sérieux ces deux concepts et se tient prêt à les aider pour la mise en place de leur cellule d’intelligence économique ou pour l’élaboration de stratégies d’entreprise.

BENIN WEB TV
• Navigation simple et intuitive
• Ne manquez plus jamais une actualité
• Article disponible hors connexion...
• Les alertes ont été entièrement revues !
• Et bien d'autres encore...
* Application entièrement gratuite
Télécharger l'Application

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.