La première télé béninoise 100% Web

Crise au sein des partis politiques au Bénin : nécessité d’une veille stratégique (2 sur 2)

Dans cette deuxième et dernière partie sur le diagnostic des crises au sein des partis politiques au Bénin, nous vous proposons d’étudier les invariants des crises au sein des partis et alliances de partis politiques. Notons que dans la première partie, nous avons montré l’importance de l’intelligence électorale qui n’est rien d’autre que les renseignements généraux orientés vers les élections et qui se traduit à la fois par une démarche, une organisation et un état d’esprit pour aider les leaders des partis politiques à prendre des décisions stratégiques.

En 2007,  Mr Joël Aïvo dans le cadre d’un travail scientifique sur les partis politiques au Bénin a déclaré que deux causes peuvent être envisagées dans l’explication du dysfonctionnement des partis politiques. D’une part, l’univers politique est marqué par une perversion et une dépravation des mœurs politiques et, d’autre part, par l’impossibilité pour les partis politiques de conquérir, de contrôler et de gérer directement et par eux-mêmes le pouvoir d’Etat. Cette position rend compte de ce que, au sein des partis politiques, notamment les instances nationales, se jouent un jeu d’intérêt. Ce jeu à l’évidence est caractéristique des partis politiques définis par le Grand Larousse Encyclopédique, comme « un groupe de personnes opposées à d’autres par les opinions, par les intérêts, etc. ». L’essence même du parti politique se retrouve ainsi mise en évidence. Les acteurs en présence, au de-là des intérêts nationalistes, visent et défendent leurs propres intérêts.

En faisant un effort de reconstitution sommaire de quelques crises depuis les années 90, le tableau suivant a été obtenu.

 

Période des crises Parti politique Date de création du parti Objet de crise Suite accordée à la crise
Fin des années 1980 PRPB (Parti de la Révolution Populaire du Bénin) Octobre 1972 –     Abus et problème de la mauvaise gestion des affaires de l’Etat –     Fin de l’instauration du parti unique

–     Adoption de république démocratique

1998 PRD (Parti du Renouveau Démocratique) 20 août 1990 –     Divergence de choix politique (crise Fassassi) –     Evolution de la vie politique du parti
Février-avril 2004 UBF (Union pour le Bénin du futur) Devenue parti politique en 2005 –     Guerre de leadership

–     Absence du leader de l’alliance (Mathieu KEREKOU) de la vie politique nationale

–     Disparition de l’union
2004 RB (Renaissance du Bénin) 1992 –     Exclusion de Candide AZANNAÏ du parti suite à son combat contre le « schéma héréditaire obnubilé par le népotisme» et pour «la démocratisation» selon les dire du concerné. –     Evolution de la vie politique du parti
2008 PRD (Parti du Renouveau Démocratique) 20 août 1990 –     Opposition de choix des membres du parti sur le candidat aux élections municipales de Porto-Novo 2008 (désir du président à vouloir imposer un yorouba comme maire de la ville)
2009 MADEP (Mouvement Africain pour la Démocratie et le Progrès) Novembre 1997 –     Guerre de leadership (entre Idji KOLAWOLE et François ABIOLA)

–     Divergence de choix politique (un camp soutient les groupes de l’opposition et l’autre soutient la mouvance)

–     Entrée au gouvernement de Kint AGUIAR

Février 2009 G4 (rassemblement des partis PRD, PSD, RB et MADEP) 2008 –     Divergence de choix politique (RB et le MADEP du côté de la mouvance)
Septembre 2010 Fard (Front d’Action pour le Renouveau et le Développement) Alafia 03 Avril 1994 –     Non consolidation de ses bases

–     Absence de rassemblement des militants

–     Décision unilatérale et sans réunir le Bureau exécutif national, ni aucune autre instance de désaffilier le parti de l’alliance FCBE

–     Prise de poste de Trésorière Générale au sein du bureau de campagne d’un probable candidat à l’élection présidentielle et là encore sans se référer à aucune instance statutaire

–     Main mise sur les décisions du dernier conseil national tenu le 4 juillet 2009

Mai-Juin 2011 UN (Union fait la Nation) – Rassemblement de partis. 2006 –     Rapprochement de la RB auprès du gouvernement : divergence de vues idéologiques Crise sans suite qui serait l’une des raisons à la non présentation d’un candidat du rassemblement aux élections présidentielles de 2016. Le rassemblement étant aussi en déclin.
Juin 2011 PRD (Parti du Renouveau Démocratique) 20 août 1990 –     Dysfonctionnement récurent des organes du parti

–     Divergence sur la morale politique et plus spécifiquement du sens de la parole donnée

–     Gestion unilatérale du Président, prise de décision sans consultation des membres du parti

Démission de plusieurs cadres proches du Président du Parti.
Septembre 2012 PRD (Parti du Renouveau Démocratique) 20 août 1990 –     Démission de Atao HINNOUHO du parti pour convenances personnelles Création d’un nouveau parti politique par le membre dissident
Mars 2013 FCBE (Force Cauris pour un Bénin Emergent) – Alliance de partis politique 2006 –     Guerre de leadership Règlement de la crise qui renaquit quelques mois plus tard
Septembre 2013 RB (Renaissance du Bénin) 1992 –     Divergence sur la philosophie d’un parti politique : la RB n’est pas fondée sur une philosophie du militantisme mais plutôt sur une philosophie de l’héritage (crise de la vague de démissions de 2013) Création de Partis par les dissidents
Juillet 2015 RB (Renaissance du Bénin) 1992 –     Insertion de personnes, qui ne sont pas membres de la RB sur les listes pour les élections communales Crise sans suite
Décembre 2015 RB (Renaissance du Bénin) 1992 –     Guerre de leadership Crise non entièrement réglée, les protagonistes de cette crise sont toujours mêlés à la crise actuelle
Avril-Mai 2017 FCBE (Force Cauris pour un Bénin Emergent) – Alliance de partis politique –     Perte du pouvoir central

–     Retrait du leader de l’alliance de la vie politique nationale

Crise en cours

Départ de plusieurs partis

Mai 2017 RB (Renaissance du Bénin) 1992 –     Violation consciente des directives et statuts du parti ;

–     Préjudices graves aux intérêts du parti par le président;

–     Négligence de manière grossière du président de ses obligations envers le parti ;

–     Compromission consécutive des intérêts du parti par son dysfonctionnement et une gestion solitaire exacerbée du président

·    Bataille juridique démarrée le 22 Juin et qui a connu son 2e report le 27 Juin.

 

·    Congrès extraordinaire tenu les 24 et 25 Juin qui a désigné Me A. Zinzindohoué comme nouveau Président par la branche des  contestataires

 

Juin 2017 PSD (Parti Social Démocrate) 1990 –     gestion autocratique du parti

–     non publication des textes issus du congrès du parti

 

·    Une assise extraordinaire tenue le 26 Juin 2017 par les Contestataires ont prononcé la destitution du Président Emmanuel Golou

 

·    Bataille juridique en perspective.

 

Les principales raisons des crises qui se dégagent de ce tableau sont :

  • accusation de défaut de gouvernance démocratique ;
  • guerre de leadership ;
  • non respect des textes internes.

Ces motifs complètent ceux identifiés par Joêl Aïvo et fondent à dire que les crises au sein des partis politiques relèvent pour la plupart du temps du mal fonctionnement interne. Et ces crises participent de la dynamique de création des nouveaux partis et qu’il s’agit de façon invariable de :

  • conflits interpersonnels,
  • quêtes de préservation des avantages politiques après la perte du pouvoir,
  • questions de leadership et de positionnement lors des élections,
  • dissolution du parti suite à une alliance avec un autre parti,
  • échec après un scrutin,
  • perte de popularité au sein d’un premier parti.

Une autres constance, qui se révèle de la lecture des différentes crises est l’effet de surprise qu’on constate de la part des dirigeants des partis politiques.

En effet, la communication de crise qui est déployée après l’éclatement de la crise laisse transparaître que ces derniers sont pris au dépourvu par les actions des frondeurs, ou dissidents.

Ce dernier élément qui est aussi un invariant est symptomatique de la conception et de la gestion que les leaders ont et font des partis politiques.

Il est nécessaire pour eux de revoir cette vision d’où les propositions du cabinet APIAS Bénin

En somme, les crises successives qui émaillent la vie des partis politiques interpellent la conscience collective. Elles offrent une occasion aux leaders de changer de paradigme de fonctionnement de ces partis.

Les cabinets de stratégies en l’occurrence APIAS Bénin, proposent aux leaders de s’orienter vers une nouvelle vision, celle de manager dorénavant les partis politiques comme des sociétés, des entreprises en optant pour les outils efficaces comme la veille stratégique et l’intelligence électorale.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.