La première télé béninoise 100% Web

La prostate: tout ce qu’il faut savoir de cette lésion qui nous guette après 60 ans

La question que chacun peut se poser est : que ferais-je si à 61 ans, on me découvre un petit cancer de la prostate? Lorsqu’un examen de la prostate détecte la présence d’un cancer, se pose alors la question du traitement. Plusieurs choix sont possibles, qui dépendent notamment des caractéristiques du cancer et de l’âge du malade. Le cancer de la prostate a la réputation d’évoluer lentement, en plusieurs années. Mais en réalité, sa vitesse d’évolution est imprévisible.

Le plus souvent, le cancer de la prostate est découvert entre 60 et 70 ans. A cet âge, l’évolution du cancer peut avoir un impact direct sur l’espérance de vie du patient, ainsi un traitement est indispensable. Si la détection d’un cancer de la prostate intervient chez un patient de 80 ans ou plus, le prescripteur devra estimer les bénéfices d’une opération en fonction de la vitesse d’évolution du cancer.

Intervenir avant l’extension du cancer

L’âge du patient est donc un élément important dans la décision d’opérer un cancer de la prostate, mais il n’est pas le seul. En effet, l’opération a pour but d’enlever la tumeur et espérer ainsi la guérir définitivement. Or les chances de guérison dépendent beaucoup de l’importance du cancer, c’est-à-dire de son extension.

S’il est strictement localisé dans la glande, sans avoir franchi l’enveloppe qui entoure la prostate, les chances de guérison sont de 100 %. Mais plus le cancer est étendu, plus les chances de guérison diminuent. Enfin, il faut savoir que l’opération qui consiste à enlever totalement la prostate (une prostatectomie radicale) peut être à l’origine de cas d’impuissance ou d’incontinence.

Les spécialistes conseillent d’enlever totalement la prostate pour les hommes de moins de 70 ans ayant un cancer de la prostate, dont on pense qu’ils vont vivre encore pendant 10 ans au moins, si leur état de santé le permet et s’ils acceptent le risque d’être impuissant ou incontinent.

Pour les hommes de plus de 70 ans, pour ceux dont l’état de santé ne permet pas l’opération et pour ceux qui ne veulent pas risquer d’être impuissants ou incontinents, on propose une radiothérapie. Toutefois, ce traitement est en général moins efficace que la prostatectomie pour guérir le cancer. Après 75 ans, on peut proposer une simple surveillance lorsque le cancer n’est pas agressif.

La question que chacun peut se poser est : que ferais-je si à 61 ans, on me découvre un petit cancer de la prostate? Pour les spécialistes, la réponse est d’enlever totalement la prostate pour vivre aussi longtemps que votre voisin, mais avec le risque de devenir impuissant ou incontinent. Le choix définitif est entre vos mains, une fois que vous avez été correctement informé par le médecin. Les nouveaux traitements contre l’impuissance permettent souvent de pouvoir continuer à avoir des rapports sexuels après l’opération.

Enfin, n’oubliez pas que le toucher rectal associé au dosage du PSA, effectué tous les ans à partir de l’âge de 50 ans, est le meilleur moyen de découvrir un petit cancer toujours guérissable.

Cependant, dans leurs dernières recommandations émises en 2012, les autorités de santé précisent que ” la décision individuelle de réaliser un test de dépistage implique une information du patient quant aux bénéfices potentiels ainsi qu’aux risques associés aux interventions diagnostiques et thérapeutiques”.

Dr Emmanuel Zinski

2 commentaires
  1. TINOUADE Théophile dit

    Qu’elles sont les signes avant coureur du prostate. Énumère nous les plus fréquents.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.