La première télé béninoise 100% Web

Planning familial : Enfin des pilules contraceptives pour les hommes !

Depuis plusieurs années, on se demande pourquoi les femmes devraient être les seules à pouvoir prendre des pilules tous les jours. Elles ne seront désormais plus les seules à régler les alarmes ou à guetter l’heure de la prise afin de se jeter sur ces pilules. Des recherches, désormais très avancées, démontrent que les hommes pourraient disposer de leurs pilules contraceptives et que cette affaire de planning et de prise sera l’affaire du couple et non d’une seule personne dans la relation.

La mise au point d’une pilule contraceptive a déjà fait presque tous les chemins et les scientifiques, de divers pays, s’accordent sur les avancées et surtout sur les résultats de ces recherches scientifiques. Après des courses de laboratoire ces dernières années, des chercheurs et autres scientifiques poussent un ouf de soulagement avec des résultats concluants, les uns après les autres enregistrés dans ce domaine.

En Inde, sur le continent asiatique tout comme en Amérique, des scientifiques ont trouvé, au-delà des pilules de laboratoire et autres, d’autres méthodes plus naturelles à base de plantes et feuilles en guise de contraceptifs masculins.

Une étude américaine, parmi tant d’autres,  a découvert l’action contraceptive d’extraits naturels issus de la mangue ou de l’aloe vera.

Une nouvelle qui devrait réjouir les milliers de femmes parfois fatiguées de la prise des pilules en présence même de leurs maris qui s’en réjouir sans pour autant mesurer le degré d’énervement de ces dernières.

De la mangue ou de l’olive comme contraceptif naturel pour femmes et hommes ? La découverte vient de l’autre côté de l’Atlantique et elle a de quoi faire rêver celles qui voudraient ne plus être les seules à se préoccuper de l’heure exacte de la prise de leur pilule.

Selon Roger, docteur au CNHU de Cotonou, cette étude a été menée sur des échantillons de sperme, un groupe de chercheurs de l’université de Californie à Berkeley qui a démontré la capacité de deux extraits naturels de végétaux à empêcher la fécondation.

« Il s’agit du lupéol, présent dans la mangue, l’olive ou encore l’aloe vera, et de la pristimerin, que l’on retrouve dans une espèce de vigne chinoise »Précise Roger, docteur au CNHU

D’après ces travaux publiés en mai dernier dans la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences, l’action combinée de ces deux extraits de végétaux utilisés en médecine douce permet d’inhiber le processus chimique responsable de la fécondation.

Faisons une incursion dans nos cours  de biologie pour comprendre.

Lors de la procréation, les spermatozoïdes doivent parcourir une distance équivalente à 14.000 fois leur taille. À la fin de cette longue course, les premiers arrivés doivent encore faire un mouvement pour percer l’œuf. Cette difficile manœuvre est permise grâce à un important afflux d’ions calcium. Or voici ce sur quoi les deux extraits de végétaux agissent.

Diane est mariée et mère de deux (2) enfants. Le dernier geste ayant aujourd’hui trois (3) ans, Diane entend faire une pause afin que ces deux grandissent dans des conditions plus ou moins acceptables. Et pour y parvenir, elle devrait, selon ses dires, prendre ses pilules contraceptives tous les jours afin de se mettre à l’abri d’une nouvelle grossesse.

« Il arrive des jours où très occupée, j’oublie la prise de ces pilules à l’heure indiquée. Et pour donc respecter le timing, il me faut mettre l’alarme de mon téléphone portable pour m’en rappeler. Cela me fatigue même parfois »Se désole Diane

Elle se réjouit aujourd’hui de cette nouvelle qui permettra aux hommes de vivre des expériences qui fatiguent parfois les femmes dans ce choix. «La régulation du mouvement des spermatozoïdes est l’une des nombreuses pistes potentielles de contraception masculine évoquée depuis plusieurs années», affirme Jean-Claude andrologue et praticien dans une clinique privée à Cotonou.  Cette découverte pourrait bien annoncer le début d’une nouvelle ère dans le domaine.

Des contraceptifs masculins, des préservatifs naturels

«Ces produits se comportent comme des préservatifs naturels qui n’ont pas vocation à protéger des maladies et infections sexuellement transmissibles », ont déclaré les auteurs de l’étude dans Proceedings of the National Academy of Sciences. Contrairement aux traitements hormonaux, ces extraits naturels  n’auraient aucun effet secondaire. Cependant, il faudra encore attendre la confirmation des résultats par des tests avant de pouvoir trouver une pilule ou un patch à base de mangue en pharmacie.

Selon Polina Lishko, un des chercheurs et scientifique,

« l’industrie pharmaceutique doit être convaincue qu’il y a une réelle demande pour financer les essais cliniques coûteux ».

Quid des autres méthodes ?

Si d’aucuns présentent cette découverte comme la plus grande avancée en matière de contraception masculine après le préservatif, d’autres estiment que les autres méthodes traditionnellement utilisées par les hommes devraient toujours continuer de peur que ces pilules jouent de sale tour en son temps. Et pour Roger, médecin généraliste au CNHU, « bien avant cette découverte, il y avait des professionnels de santé qui prescrivaient des injections hebdomadaires de testostérone comme moyen de contraception pour les hommes ».

« Ce n’est pas l’affaire des pays en voie de développement certes, mais cette méthode existait déjà et il convient d’en aire cas »
, précise-t-il.

D’autres méthodes existent. La vasectomie, par exemple, est une intervention chirurgicale consistant à sectionner les canaux déférents transportant les spermatozoïdes. Pourtant réversible, l’opération est très peu pratiquée depuis des années.

Les études ont révélé que des techniques encore plus naturelles existent. La contraception thermique  ou slip contraceptif consiste à porter un sous-vêtement qui maintient les testicules en contact avec la chaleur du corps pendant la journée.

La température testiculaire, inférieure de 2 à 4 degrés à celle du corps, permet la production normale de spermatozoïdes. Son contrôle influence ainsi la fertilité masculine.«En attendant que des études surtout  américaines portent leurs fruits, ces méthodes de contraception masculine marchent très bien et le corps de l’homme ne souffre pas. Pas plus que celui de la femme », Fait remarquer Adjibi tout en déplorant qu’une faible communication s’observe autour de ces méthodes pourtant naturelles et efficaces.

En plus de ces méthodes et à l’ère où la pilule et ses effets secondaires dérangent, de nombreux couples sont poussés à avoir recours aux méthodes ancestrales comme le retrait ou l’abstinence.

C’est aussi des méthodes contraceptives mais qui ne rassurent pas à l’exception de l’abstinence.

In fine, si cette nouveauté de contraceptif masculin devrait donc apparaître en traitement “quotidien” comme pour la femme, elle apporte de nombreux avantages.

« Contrairement aux pilules contraceptives des femmes, elle ne joue pas avec les hormones qui causent de nombreux effets indésirables », a rassuré l’équipe de recherche tout en précisant aussi que seul très peu de sujets ont présenté un gain de poids ou un accroissement de la libido. Mais « dans l’ensemble, ces chercheurs n’ont pas trouvé de choses rivalisant avec les boutons, la nausée, les saignements sporadiques ou les autres effets que les femmes subissent avec leurs pilules reposant sur les hormones ».

Même si ces méthodes sont toujours en phase d’étude et en expérimentation, il n’en demeure pas moins que les femmes béninoises s’en réjouissent encore que le désir de procréer s’étiole à petit pas.

BENIN WEB TV
• Navigation simple et intuitive
• Ne manquez plus jamais une actualité
• Article disponible hors connexion...
• Les alertes ont été entièrement revues !
• Et bien d'autres encore...
* Application entièrement gratuite
Télécharger l'Application
1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.