Effondrement d’un immeuble à Djougou: les étranges révélations du ministre Soumanou Djimba

Alassane Soumanou Djimba, ancien ministre de l’Enseignement secondaire, de la Formation technique et professionnelle. Ph acotonou
----Publicité----
Bannière Apias

Depuis le drame de l’effondrement d’un immeuble à trois niveaux le 16 Avril dernier, drame ayant occasionné des pertes en vies humaines, le propriétaire de l’immeuble en cause, l’ancien ministre de l’enseignement technique et professionnel de l’insertion et de réinsertion des jeunes, Alassane Soumanou Djimba a fini par rompre le silence pour expliquer les contours de cette situation déplorable.

Approché par les confrères de ‘’leaderinfobénin”, le ministre Alassane Soumanou Djimba a confirmé la thèse de complot émise quelques jours plutôt par l’un de ses frères.

“…Ce n’est pas suite a un défaut technique ou manque de contrôle. Dès que le bâtiment s’est écroulé, il est devenu poussière…” a fait remarquer le ministre Djimba avant de poursuivre: “Quand il a malfaçon au niveau d’un bâtiment, il peut se pencher ou s’écrouler sur un côté. Mais il s’écroule et on ne peut pas distinguer les briques et autres, c’est qu’il s’agit d’un acte criminel” a indiqué le ministre Alasane Soumanou Djimba pour confirmer la piste de complot.

A en croire le ministre Soumanu Djimba, il serait victime d’un acte crapuleux commandité par des mains invisibles contre sa personne et il souhaite une enquête judiciaire dont il attend les conclusions avec sérénité.

“…Les gens sont morts. Vous les connaissez? Ce ne sont pas mes ouvriers. Moi je sais qu’il y a un chef maçon qu’on a pas retrouvé. Les gens sont morts, qu’est ce qu’ils cherchent là à minuit?Il faut vous renseigner. Le bâtiment a été traqué. La police aussi a attendu une détonation et ça a dégagé une odeur.” a précisé le ministre Soumanou Djimba.

L’ancien ministre du président Boni Yayi se dit serein et attend l’enquête judiciaire. Il affirme qu’il est la victime dans cette affaire qui est entrain de lui coûter une dette de plus de cent millions de francs CFA.

Je suis le propriétaire. Je suis le maître d’ouvrage. J’ai un plan, j’ai un architecte. J’ai un chef maçon et j’ai des ouvriers qui travaillent. Celui à qui vous parlez est celui qui a le plus perdu. On est à plus de 100 Millions de FCFA déjà. Ce n’est pas l’état qui construit. C’est moi qui construit. Et je construis sur la base d’un prêt. Je suis la victime” a martelé le ministre Djimba.

Espérons donc que les enquêtes judiciaires commanditées par les autorités du pays puissent nous permettre d’en savoir davantage sur ce nébuleux qui a fait perdre la vie à deux concitoyens.

commentaire

4 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom

Êtes-vous Humain ? *