Révision de la constitution : «le référendum n’est pas une option, c’est la seule issue »dixit Joël Aivo

----Publicité----
Bannière Apias

Rendu public à la faveur de son adoption le Mercredi dernier en conseil des ministres, le projet de modification de la constitution du 11 Décembre 1990 suscite déjà au sein de l’opinion nationale et au sein des juristes. Invité ce jour Dimanche 19 Mars 2017 sur l’émission «Le grand débat » de soleil FM ; le professeur Joël Aivo, sans langue de bois s’est prononcé sur le processus de modification de la constitution enclenché par le gouvernement.

A lire aussi: Révision de la constitution : le conseil des ministres s’est lourdement trompé, selon Joël Aïvo

Pour le constitutionnaliste, la voie référendaire pour la révision de la constitution n’est pas une «  option mais la seule issue » Selon Joël Aîvo,, « le choix opéré par le gouvernement est une réécriture de la constitution de 1990…Ce n’est plus la constitution(projet de révision introduit au parlement  ndlr )  de1990…Je suis bouleversé que le conseil des ministres soit aussi lourdement trompé… » à laisser entendre le professeur Joël Aîvo. A en croire le constitutionnaliste, le président Talon est obligé d’aller au référendum. « On ne peut pas redéfinir le destin politique d’un pays sans l’opinion publique. »a-t-il précisé. Joël Aîvo a par ailleurs déploré la procédure à pas cadencé à laquelle le gouvernement veut contraindre le parlement tout en écartant le peuple souverain.

A lire aussi: Bénin : ce que pense Joël Aïvo de la constitution du 11 décembre 1990

« Je ne peux admettre que le président de la République ait changé d’avis (sur son engagement de consulté le peuple après avoir saisi le parlement) car les conséquences à l’avenir seraient très graves et dévastatrices » à marteler le professeur Aîvo avant de faire appel à la jeunesse à être vigilant et à se mobiliser.

commentaire