Développement du Bénin : La banque mondiale organise des consultations publiques pour identifier les opportunités

Logo de la Banque Mondiale
----Publicité----
Bannière Apias

Le Groupe de la Banque mondiale vient de démarrer le processus des consultations dans le cadre de l’élaboration d’un Diagnostic Systématique Pays pour le Bénin. Cet exercice entre dans le cadre de la première phase de la préparation de la future stratégie d’assistance du Groupe de la Banque mondiale au Bénin, et consiste à identifier les principales contraintes et priorités que le pays devrait prendre en compte pour réaliser des progrès durables dans la lutte contre la pauvreté.

Communiqué de Presse
COTONOU, le 13 mars 2017. A travers un atelier organisé ce jour à Cotonou avec le gouvernement béninois, le Groupe de la Banque mondiale a donné le coup d’envoi d’une série de consultations avec un ensemble de parties prenantes, en vue de la préparation de sa nouvelle stratégie pour le Bénin.
La rencontre a été présidée par Monsieur Abdoulaye Bio Tchané, Ministre d’Etat, chargé du plan et du développement, Gouverneur du Groupe de la Banque mondiale pour le Bénin, en présence des membres du gouvernement et de cadres de l’administration béninoise. L’équipe du Groupe de la Banque mondiale était conduite par Monsieur Pierre Laporte, Directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Bénin et par Mme Katrina Sharkey, Représentante Résidente de la Banque mondiale au Bénin.
« L’exercice que nous démarrons ce jour vise à analyser ce qui constitue les plus grandes contraintes et opportunités que le Bénin devrait prendre en compte pour réaliser le double objectif de réduction de la pauvreté et de partage de la prospérité », a déclaré Monsieur Pierre Laporte.
Les consultations en cours entrent dans le cadre de la nouvelle réforme du Groupe de la Banque mondiale, en vigueur depuis le 1er juillet 2014, et qui préconise un nouveau modèle d’engagement de l’institution avec ses pays membres. Ce nouveau modèle recommande que les stratégies-pays soient désormais préparées en deux phases : (i) une première qui consiste à faire un diagnostic des principales contraintes de développement du pays, ainsi que des opportunités que les pays devraient saisir pour réaliser le double objectif de réduction de la pauvreté et d’une prospérité mieux partagée (appelée « Diagnostic Systématique du Pays – SCD ») ; et (ii) une deuxième étape qui consiste à élaborer le Cadre de Partenariat qui servira de cadre stratégique pour la préparation de nouveaux projets et programmes, en tenant compte des éléments clé du SCD, mais aussi et surtout en tenant compte des priorités nationales.
« Ce nouveau modèle se justifie par le fait que l’objectif de développement économique et social poursuivi par les nations reste très complexe dans son atteinte, et aussi par le fait qu’on n’a jamais fini de développer un pays. Malgré les efforts menés, il y a toujours des défis de développement qui se posent à tous les pays. De plus, la problématique de la pauvreté reste hélas inquiétante, avec des contextes de fragilité sociopolitique et leurs incertitudes sur les économies », a ajouté Monsieur Laporte.
En ouvrant les travaux de la rencontre, Monsieur Abdoulaye Bio Tchané, Ministre d’Etat, chargé du Plan et du Développement, a indiqué sa conviction que : « l’analyse diagnostique de la situation socio-économique du Bénin que mène la Banque mondiale révèlera les contraintes, lourdeurs et pesanteurs qui ont été suggérées par le Programme d’actions du gouvernement ».
Les consultations vont se poursuivre jusqu’au 17 mars avec d’autres parties prenantes, notamment : le parlement, les bailleurs de fonds, la société civile, le secteur privé, les universitaires, les confessions religieuses, les représentants des communes et les syndicats. Elles se poursuivront également en ligne jusqu’au 24 mars pour permettre une plus large participation.
« Notre objectif est de faire en sorte que le Diagnostic Systématique Pays soit aussi complet que possible et finalisé dans les délais afin que nous puissions élaborer un nouveau Cadre de Partenariat stratégique qui réponde aux besoins pressants du pays », a conclu Monsieur Laporte.
 Source : Banque Mondiale
commentaire