Daniel Edah : « le Président TALON fait partie des acteurs de nos malheurs actuels »

Les différents sujets de l’actualité politique préoccupent le  président du Mps, Daniel Edah. Dans un message abondamment relayé sur les medias sociaux, l’ancien candidat à l’élection présidentielle et membre de la coalition de la Rupture en soutien au président Talon reste perplexe quant à la gestion des affaires publique par le chef de l’exécutif béninoise. Daniel Edah parle de l’affaiblissement des opposants réels ou imaginaires, de la traque des voix discordantes, le musèlement des organes de presse et les médias non soumis et la destitution des maires non alignés. C’est ainsi que le président du Mps invite le président Talon à écouter davantage le peuple, lui montrer plus d’empathie et surtout agir en urgence contre la faim qui sévit dans le pays, le chômage qui accable les jeunes, une école en crise permanente, la cherté de la vie, l’inaccessibilité des soins et traitements médicaux pour les gagne petits et l’insécurité.

MESSAGE DE DANIEL EDAH

À l’occasion  du premier anniversaire de la signature de l’accord de la Coalition de la Rupture en soutien au Président Patrice TALON

Béninoises, Béninois,

Mes Chers compatriotes,

Un an après la signature de l’accord politique de la Coalition de la Rupture pour soutenir le Candidat Patrice TALON au second tour de l’élection présidentielle de 2016, j’ai décidé de m’adresser à vous pour que nous engagions ensemble la préparation de l’avenir de notre pays.

Arrivé en 26ème position sur les 33 candidats que nous étions à l’élection présidentielle, après avoir analysé les résultats du premier tour et par respect pour votre préférence majoritaire pour les candidats de l’opposition, j’ai rallié la Coalition de la Rupture le 14 mars 2016 pour, ensemble avec 25 autres candidats malheureux du premier tour, permettre au Président Patrice TALON de l’emporter au second tour le 20 mars 2016.

Je réitère mes remerciements à tous les électeurs du MPS et aux contributeurs à nos campagnes électorales locales et communales de 2015 et présidentielles de 2016.

Je rends grâce à Dieu qui m’a  permis de me présenter à l’élection présidentielle de 2016 après avoir été élu Conseiller Communal MPS dans la Commune de Djakotomey en 2015.

J’ai foi que l’avenir proche est radieux. Et c’est l’entretien de cet espoir qu’il fera beau qui me donne l’énergie pour davantage embrasser, aimer et me donner pour notre cher et beau pays.

Vous êtes nombreux à vous plaindre déjà de la gouvernance du Président TALON. Laissez-moi vous surprendre, le Président TALON fait partie des acteurs de nos malheurs actuels puisqu’ayant été le principal soutien financier de l’ancien Président Boni YAYI mais il ne saurait porter aujourd’hui tout seul la responsabilité. Le système TALON, à quelques exceptions près, est la réplique du système YAYI sans le Président YAYI. Depuis 1991, nous n’avons fait que combattre les hommes en laissant en place les systèmes responsables de nos défis. Il est temps que nous changeons d’approche.

Les difficultés du Bénin sont structurelles et exigent un nouveau leadership au-dessus des querelles de personnes entretenues tout au long de ces 27 dernières années dans la classe politique. Je récuse toute opposition tendant à nous maintenir dans les querelles passées du type YAYI – TALON.

Le Bénin a soif et faim d’une gouvernance de type nouveau, avec des hommes et des femmes aux mains non liées mais aux cœurs suffisamment généreux pour réconcilier les fils et filles du Bénin grâce à plus de patriotisme, d’humanisme et de crainte de Dieu dans la conduite des affaires publiques, à tous les niveaux. Et c’est ce à quoi je nous appelle.

La culture des éléphants blancs dans la conduite des réformes et le développement des infrastructures qui a causé au Bénin d’énormes pertes de ressources et d’énergie illustre le manque de vision et de continuité de l’administration publique. Il nous faut changer de cap. Optons pour le vrai changement.

De même, les tentatives fréquentes de chaque nouveau Président de changer complètement, supprimer et effacer toutes les initiatives de son prédécesseur sont favorisées par l’échec des trop nombreux partis politiques incapables de faire élire un seul membre de parti politique comme Président de la République depuis mars 1991.Voilà pourquoi, en route vers l’éventuelle révision de la Constitution, les élections législatives de 2019, les élections locales, communales et municipales de 2020 et de la présidentielle 2021, je nous invite à changer de cap et redonner aux partis politiques leur place centrale dans l’action politique.

Par rapport à la faim, le chômage, la mévente dans les marchés, les crises répétées de l’école béninoise, la pauvreté grandissante, l’insécurité et autres difficultés que traverse le pays et pour lesquelles le Président TALON sollicite notre patience, je tiens à vous exprimer ma solidarité et ma disponibilité à vos côtés pour la défense et le respect des droits confiés à nos dirigeants élus à tous les niveaux.

Ceci dit, je souhaite au Président de la République beaucoup de courage et plein succès dans la mise en œuvre de son plan d’action gouvernemental. Je l’invite à écouter davantage le peuple, lui montrer plus d’empathie et surtout agir en urgence contre la faim qui sévit dans le pays, le chômage qui accable les jeunes, une école en crise permanente, la cherté de la vie, l’inaccessibilité des soins et traitements médicaux pour les gagne petits et l’insécurité.

En ces moments difficiles pour la Nation où la culture de l’humilité et des synergies, l’acceptation de la contradiction et l’expression des diversités devraient, plus que par le passé, être encouragées afin de permettre le jaillissement des meilleures idées pour le relèvement de nos défis, la poursuite, sous le Président TALON, des stratégies autrefois utilisées, sous le Président YAYI, pour affaiblir les opposants réels ou imaginaires, traquer les voix discordantes, museler les organes de presse et les médias non soumis, restreindre les libertés, destituer des maires non alignés ou amener des députés de l’opposition à soutenir individuellement les actions du camp présidentiel, sera contre productive pour la réalisation des projets du Gouvernement.

Par ailleurs, le débat sur le contournement annoncé du peuple dans le processus de révision de la Constitution est en cours. Bien que la manipulation des textes, d’autres acrobaties et marchandages politiciens soient utilisables pour une révision express sur le dos du peuple, l’histoire politique du Bénin, l’éthique et le sens de l’honneur devraient dissuader les porteurs du projet d’essayer ou encore de renier publiquement, et sans état d’âme, les valeurs et principes démocratiques qu’ils défendaient avec véhémence et au nom desquelles ils avaient combattu le Président Boni YAYI et son Candidat pour parvenir dans leurs positions politiques actuelles.

Il se murmure de plus en plus que les mêmes méthodes d’achat de députés suspectées et décriées sous le Président YAYI seraient en train d’être pensées avec le Président TALON pour un vote, sans consensus national, de la  révision de la Constitution au parlement afin d’enlever au peuple son droit de connaître et débattre amplement, d’approuver ou de rejeter le contenu de la Constitution révisée.

J’espère que les rumeurs persistantes d’achat de députés pour le passage en force à l’hémicycle sont infondées. Tout en faisant confiance à nos représentants qui éviteront d’entacher leur honorabilité dans l’examen de ce dossier, j’exprime mon opposition totale à toute modification ou révision de la Constitution qui exclurait le peuple.

Si par extraordinaire, les Députés font le jeu de l’argent, le peuple apportera la réponse appropriée. Je serai à ses côtés et Dieu sera avec nous dans ce combat de libération.

Par conséquent, je lance un appel à la mobilisation générale de tous les citoyens, mouvements et partis politiques également opposés à une révision de constitution sans l’aval du peuple pour anticiper et contrer toute velléité de prise en otage de la démocratie béninoise et engager la préparation de l’avenir de notre pays, dans une organisation politique nationale véritablement de type nouveau, effectivement démocratique et réellement participative pour l’animation de la vie politique nationale, la conquête et la gestion du pouvoir d’Etat, à tous les niveaux.

Ensemble, nous pouvons le meilleur pour le Bénin.

Dieu bénisse le Bénin! Amen.

Daniel EDAH

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

1 commentaire

  1. ousmane diawara dit

    Non lieu .Le porteur ne sait pas de quoi il parle .Ce que Talon a fait en un an yayi n’a pas pu le faire en dix ans .Le président Talon est un homme d’affaires, il a toujours soutenu les politiques comme dans tous les pays du monde .Mais vue la gestion de l’ex-president en l’occurrence Yayi , vu ce qu’il a fait du pouvoir , alors cet illustre homme d’affaires ayant réussi sa brillante carrière a décidé de consacrer 5 ans de sa vie à son pays pour réformer et mettre de l’ordre dans les institutions qui gèrent le pays afin de permettre un nouveau départ à notre pays .Pour preuve son emblème de campagne était ” LE NOUVEAU DÉPART ” .je ne me lancerai pas sur le terrain de listage de ce qu’il a déjà fait mais j’attends la fin de son mandat pour qu’ensemble nous fassions le bilan mais j’annonce dors et déjà qu’ il est le meilleur président que le Benin n’a jamais connu depuis son accession de son indépendance .A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.