Crise au sein du conseil communal d’Agbangninzoun : le G8 met le Maire en difficulté

La cohésion  au sein du conseil  communal d’Agbangninzoun est fortement mis en mal par une crise latente entre deux camps  de conseillers : il y a le camp soutenant le Maire et le camp dit ‘’G8’’ qui n’est plus en phase avec la gestion du Maire Gaspard Gboli-Honon.

Comme conséquence de cette crise, le budget de la commune exercice 2017 a fait l’objet de rejet de la part des conseillers dissidents contraignants le Maire à recourir au 12ème provisoire afin de gérer les affaires courantes de la commune.

Ces conseillers dissidents reprochent au Maire la mauvaise gestion qui est faite des ressources de la Commune et l’impartialité qui défaut dans le choix des localités devant abriter des infrastructures sociocommunautaires. Pour  Fidèle Zohizalan par exemple, Chef de l’arrondissement de Lissazounmè, son arrondissement ne se retrouve pas dans le budget parce qu’aucune infrastructure n’a été prévue pour Lissazounmè ni dans le budget 2017, ni dans le Plan d’investissement annuel.

De son côté, le maire joue à la carte de l’apaisement : « J’ai déjà répondu au questionnaire que les conseillers m’ont adressé. Je crois qu’avec les éléments de réponses, nous allons nous entendre sur le budget lors de sa relecture en session extraordinaire que j’essayerai de convoquer bientôt », a rassuré l’autorité communale.

Il importe de préciser que selon les textes de la décentralisation notamment, la loi n°96-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes en République du Bénin. le conseil communal d’Agbangninzoun a jusqu’au 31 Mars prochain pour voter le budget de la commune.

En tout cas, le préfet du département du Zou n’a pas manqué d’expliquer au conseil communal, les dispositions en la matière. Selon les explications du préfet, « Le conseil communal est tenu de doter la Commune en ressources et ceci dans le cadre des dispositions prévues par la loi qui organise le régime financier des communes en République du Bénin.

Cette loi dispose qu’au plus tard le 31 décembre de chaque année, le conseil communal doit déjà voter le budget de la Commune. A défaut, s’ils n’arrivent pas à voter le budget, les conseillers peuvent attendre et avoir des informations complémentaires. Mais jusqu’au 31 mars au plus tard, la commune doit avoir son budget voté. Si les conseillers n’arrivent pas à s’entendre autour du budget, le préfet est autorisé, par la loi, à procéder au règlement définitif du budget en se basant sur les informations fournies par l’autorité communale »

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.