La première télé béninoise 100% Web

Guerre économique (1/3) : que font les Etats africains pour y faire face ?

Depuis l’avènement des concepts de mondialisation et de globalisation, les Etats du monde sont dans un processus permanent d’intégration des marchés qui résulte notamment de la libéralisation des échanges avec pour corollaire l’intensification de la concurrence et l’expansion des échanges. Ce qui plonge le monde dans une situation de guerre économique permanente. Avec une productivité agricole encore faible et un niveau de l’industrialisation qui laisse à désirer, les Etats d’Afrique semblent être les plus vulnérables de la guerre économique qui ne ménage personne.

La guerre est un moyen au service de l’économie

Dans série de publication, le Président Directeur Général de l’Agence Privée d’Investigation et d’Analyse Stratégique (APIAS), Clovis Adanzounon a abordé la question. Selon lui, la guerre est un moyen au service de l’économie. « Point n’est besoin de porter un gant de velours et vouloir donner un visage humaniste à la guerre économique. Elle est l’expression d’un néolibéralisme agressif dans lequel sévit un « apartheid social ». Ne pas en prendre conscience est dramatique. Nous sommes en guerre. Pour s’en rendre compte, il faut voir les stratégies de conquêtes commerciales. Elles ne diffèrent pas de celles territoriales. Mieux, elles sont plus dévastatrices car plus silencieuses » a-t-il indiqué.

L’Afrique depuis bien des siècles est dans le viseur des nations occidentales

Pour le PDG du Groupe APIAS, Contrôleur Général de Police à la retraite, l’Afrique depuis bien des siècles est dans le viseur des autres nations du monde, notamment celles occidentales qui usent les outils d’influence. « A partir du 15ème siècle, l’Afrique a cessé d’être une terre d’échanges pour prendre le statut de pool de fourniture de la ressource humaine pour satisfaire les besoins du marché du continent américain, nouvellement découvert et sujet à exploitation. L’Afrique redeviendra quelques années plus tard, pendant la colonisation, un pool d’exploitation et aujourd’hui elle combine les deux rôles » peut-on lire dans la publication.

Que faire pour inverser la tendance en Afrique ?

Il faut reconnaître qu’il n’y a pas de formule magique. Mais, la première chose est la prise de conscience de la situation et l’engagement à retourner la situation à son avantage. Rien ne peut se faire sans la formation et la recherche-développement. Un exercice continu et une volonté de tous les jours à tenir ferme par rapport aux difficultés. Au Bénin, l’Ecole Internationale de Détective et de Stratégie (EIDS) forme en Intelligence Economique, pilier fondamental de la guerre économique avec un accent sur l’Influence et le lobbying.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.