Bénin: les centrales et confédérations syndicales décryptent l’actualité sociale nationale

Après plusieurs mois de mutisme, les centrales et confédérations syndicales du Bénin ont décidé de donner à nouveau de la voix. Réunies dans la journée de ce lundi 27 février 2017 à la Bourse du travail dans le cadre d’un forum, elles ont fait un tour d’horizon de l’actualité nationale notamment la situation sociale et la gouvernance actuelle du pays.

A la fin du forum, les responsables syndicaux de la Csa-Bénin, de la Cgtb, de la Cosi-Bénin, de la Csub, de l’Unstb et de la Cspib ont rendu publique une déclaration. Dans cette déclaration lue par le Secrétaire général de la Csa-Bénin, Anselme Amoussou, les représentants des travailleurs ont relevé un certain nombre de dérives dans la gouvernance sous le régime de la Rupture et du Nouveau départ. Lire ci-dessous l’intégralité de la déclaration des centrales syndicales.

Déclaration
Face à la multiplication des plaintes des travailleurs et au désarroi de plus en plus grandissant de nos concitoyens, en raison d’un certain nombre d’incompréhension dans la gouvernance actuelle de notre pays, les confédérations et centrales syndicales ont décidé de prendre à nouveau, la mesure de la situation et d’assumer leurs responsabilités historiques. Ainsi, la CSA-Bénin, la CGTB, la COSI-Bénin, l’UNSTB, la CSPIB et la CSUB ont tenu ce jour 27 Février 2017, à la Bourse du Travail à Cotonou, un forum des organisations des travailleurs dont le thème central est intitulé” Les défis des libertés et de la Gouvernance à l’ère du régime de la rupture”.
Plusieurs sujets ont été abordés au cours des travaux qui ont réuni une trentaine
de cadres syndicaux issus des six organisations syndicales. Il s’agit de :
  • La multiplication d’actes attentatoires aux libertés publiques et individuelles, collectives et syndicales.
  • Du processus de liquidation de structures publiques et parapubliques
    sans implication du personnel, sans souci du volet social, en violation de l’article 60 du code du travail.
  • Du non-respect des dispositions contenues dans la charte nationale du
    dialogue social que les organisations syndicales ont acceptée de signer avec le gouvernement
  • De la mise en œuvre de la décision de libération de l’espace public avec son cortège de désagréments.
Cette liste ne rend nullement compte de l’exhaustivité des préoccupations qui ont été
au cœur des débats du forum.
Les participants ont convenu de la nécessité pour les travailleurs et les forces
sociales de contribuer au succès du Gouvernement dans les réformes
pertinentes.
Mais cette contribution au succès, cette adhésion aux actions appelle un certain nombre de préalables indispensables à l’efficacité du dialogue social et à la construction
de la paix sociale nécessaire à la réussite de la gouvernance.
En somme, la situation actuelle de notre pays appelle à une prise de conscience
de la part des acteurs du dialogue social pour le sursaut collectif salvateur. Cette
prise de conscience doit commencer par les autorités publiques au plus haut
niveau.
Les Confédérations et Centrales Syndicales participant au forum ont décidé de
réserver la primeur des conclusions des assises au Président TALON en personne
à l’occasion d’une audience dont la demande sera faite et déposée ce jour même.
Elles espèrent que cette nouvelle demande d’audience recevra enfin un écho favorable afin de discuter de façon responsable avec la haute autorité des préoccupations qui sont celles du peuple et des travailleurs actuellement. Les Confédérations et centrales syndicales participant à ce forum saisissent enfin l’occasion pour lancer un appel à la mobilisation de tous les travailleurs du Bénin afin qu’ils se tiennent prêts pour défendre les acquis sociaux.
Cotonou, le 27 Février 2017
Le Forum des Organisations Syndicales du Bénin

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.