Bénin : les raisons du renvoi de Lionel Zinsou du Campus d’Abomey Calavi .

uac lionel zinsou

Le premier ministre Lionel Zinsou n’a pas pu tenir, dans la matinée du mardi 19 janvier 2016, sa rencontre d’échanges avec le mouvement Forces Vives des Étudiants Leaders d’Abomey Calavi (FOVEL) malgré le dispositif sécuritaire en place dans l’enceinte du campus depuis bientôt six mois. A son arrivée, il été accueilli par une force de résistance conduite par les responsables étudiants.

Joint au téléphone, Emmanuel Assimada, le tout nouveau président de la Fédération Nationale des Étudiants du Bénin (FNEB), a en effet expliqué qu’ils ne sont pas contre la personne de Lionel Zinsou encore moins avec sa candidature à la présidentielle du 28 février 2016, mais qu’ils fustigent la non association des différentes organisations estudiantines du campus.

Bannière Horizontale APIAS

Toujours selon ses explications, quand ils se sont rapprochés des organisateurs de cette rencontre pour en comprendre l’objet, le comportement peu orthodoxe de ceux-ci aurait envenimé la situation. Selon lui, l’arrivée d’un candidat sur le campus devrait être pour les organisations estudiantines, l’occasion d’exposer les maux qui minent l’Université d’Abomey-Calavi et non une occasion de discours partisans. Selon d’autres sources, l’incident serait dû à un mauvais casting de l’équipe de pré campagne du Premier Ministre Lionel Zinsou.

En effet, l’ancien Premier Ministre, Pascal Irénée Koupaki aurait prévu faire une séance d’échanges avec les étudiants demain mercredi 20 janvier 2016 sur le campus et pour lui voler la vedette, la rencontre de Lionel Zinsou a été organisée dans une précipitation sans pareille. Après le départ de Lionel Zinsou et de sa suite, le calme est revenu sur le campus. Les rencontres d’explication entre étudiants sont actuellement en cours pour une meilleure planification des rendez-vous politiques sur le campus.

commentaire

10 COMMENTAIRES

  1. Nous ne pouvons pas continuer à nous apitoyer sur notre pauvre sort et continuer avec des pratiques et des comportements aux antipodes de la bonne gouvernance. On ne fait pas campagne aux frais de lEtat.

  2. soyons plus refléchie soyons profonds dqns nos analyses chèrs, ZINSOU nous dit la vérité sur nos ignorances nos méconnaissances et voila que nos mépris prènnent le décus sur l éssentièls auxquèls il nous convit nous d abord de mieux occupés notre propre marché qu’est l’AFRIQUE puis dit ts simplement au francais et à qui veut l entendre que l afrique est siège de concurence

  3. Nos politiciens n’ont qu’a arreté de trahir leur peuple et penser a l’avenir de la jeunesse qui est le futur du Benin. votons ABT, l’avenir de la jeunesse beninoise est dans sa main.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom

Êtes-vous Humain ? *