Crise des missiles: la Chine soutiendra la Corée du Nord, sauf si elle tire en premier

Ce vendredi 11 août 2017, le journal officiel «Global Times» publie un éditorial prévenant qu’en cas de guerre, ni Washington ni Pyongyang ne doivent s’attendre au moindre soutien de la part de Pékin. Sauf dans un cas précis.

« Si la Corée du Nord envoie des missiles menaçant le sol américain en premier lieu et que les Etats-Unis réagissent, la Chine restera neutre », affirme le Global Times.

Le journal ajoute un deuxième cas de figure : « Si les Etats-Unis et la Corée du Sud lancent des frappes et tentent de renverser le régime nord-coréen afin de changer l’équation politique dans la péninsule coréenne, alors la Chine saura les en empêcher. »

Contacté par RFI, Juliette Morillot, historienne et spécialiste de la péninsule coréenne, avait déclaré « Il y a peut-être aussi d’autres négociations en cours avec la Chine. On peut imaginer, mais ce n’est absolument pas sûr, que Pékin éventuellement arrête de soutenir Pyongyang, en échange de quoi les Etats-Unis renonceraient à reconnaître Taïwan. » « Mais j’ai du mal à y croire », conclut-elle, car « la Chine a besoin de l’Etat tampon nord-coréen ».

Moscou et Pékin qui ont tous deux voté les dernières séries de sanctions contre Pyongyang, appellent toujours à une discussion. Selon RFI, Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, a annoncé vendredi 11 août 2017 un projet commun entre la Russie et la Chine pour régler la crise entre Etats-Unis et Corée du Nord. Ce projet propose un gel des essais de missiles nord-coréen en échange d’un arrêt des manœuvres militaires menées par les armées américaine et sud-coréenne.

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.