Burkina Faso : le ministre de la Culture Tahirou Barry évincé de son propre parti politique

Tahirou Barry, ministre de la Culture du Burkina Faso a été exclu de son propre parti politique qu’il dirigeait depuis 2010. En effet, hier dimanche 30 juillet 2017, le Parti pour la Renaissance nationale (Paren, majorité) a voté la motion d’exclusion du ministre de la Culture Tahirou Barry lors d’un congrès ordinaire. Il s’agit d’une motion reprochant à M. Barry de « refuser l’alternance » à la tête du parti.

Absent au congrès, Tahirou Barry est l’un des ministres médiatiques du gouvernement burkinabè. On se rappelle que l’homme avait terminé troisième à l’élection présidentielle de 2015 avec 3% des voix. « Il a accaparé le parti. Il ne rendait compte de rien au fondateur (du parti) ni au Conseil consultatif, jamais convoqué, jamais consulté », c’est la substance de l’accusation portée à l’encontre du ministre de la culture par ladite motion.

« La présidence de Barry Tahirou a été une catastrophe » a expliqué le fondateur du parti, Laurent Bado qui présidait le congrès. Aussi ajoute-t-il : « Le mandat (de 5 ans) de M. Barry à la tête du parti se terminait le 27 juin 2015 ».

Le père fondateur du Paren, Laurent Kilachiu Bado, entend étaler dans les jours à venir les détails et avec des preuves à l’appui, le comportement de Tahirou Barry, qui a la «boulimie du pouvoir» qu’il incarne même dans sa «démarche».

Un mandat préalablement prolongé jusqu’en 2019…

On se rappelle qu’en 2014, un congrès avait prolongé le mandat de Tahirou Barry jusqu’en 2019, après l’avoir désigné comme candidat à la présidentielle de 2015. Et depuis lors, aucune décision n’a été prise par le parti quant au poste de ministre de la Culture que M. Barry occupe au sein du gouvernement pour le compte du Paren.

A l’issue du congrès ordinaire tenu hier dimanche et qui destitue Tahirou Barry de ses fonctions, un nouveau bureau exécutif de 33 membres  dirigé par Pouswendé Michel Béré, a été mis en place pour un mandat de cinq ans.Toutefois, le nouveau président du Paren, Michel Béré, se dit «ouvert» à une certaine réintégration de Tahirou Barry  pourvu qu’il  «reconnaisse ses fautes».

Le bureau dirigé par Michel Béré a été placé sous le signe de la «cohésion» du part. Faut-il le préciser, des tensions opposaient le fondateur du Paren Laurent Bado et Tahirou Barry sur la gestion du parti depuis 2017.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.