Mali-Bénin (5-2) : voici la note de chaque joueur béninois au terme du match.

Écureuils du Bénin.

Les Écureuils du Bénin ont perdu leur ultime et dernier match des Éliminatoires de la CAN 2017, ce dimanche 04 septembre au stade du 26 Mars à Bamako. Dans l’ensemble un match décevant avec aucune moyenne. La meilleur note est 4,5.

Fabien Farnolle 02/10

En manque de présence de réflex et d’inspiration, il a été plus ou moins l’ombre envoûté de lui même sur les 90 minutes. Deux erreurs de mains sur deux frappes amorphes en l’espace de deux minutes (comme si le ballon était transformé en feu). Vraiment il a été très affecté par les deuxième et troisième buts qu’il a encaissé pour n’avoir mieux apprécié les trajectoires des balles. En ce moment il a démontré qu’il ne peut jamais rester sous les ordres de « Dunga » suivez mon regard. Alors il a la note 02/10.

Jordan Adeoti 03/10

Il a juste laissé le côté droit ouvert par son jeu offensif et son manque d’engagement. Mis souvent en difficulté, il lui a manqué de fraîcheur physique pour contenir la vitesse de ses adversaires. Surtout abandonné par Jodel absent au travail défensif. Mais il a réussi quelques centres de par son expérience pas productif ce dimanche. Son manque de temps de jeu à Caen a été sûrement pour beaucoup…. Il mérite la note 03/10 puisqu’il a été incapable de marquer son territoire face à de jeunes maliens plus déterminés.

David Kiki 3/10

Après cinq minutes de jeu il a démontré qu’il n’était pas dans son bon jour. Un petit pont de Sambou Yatabaré (Auteur d’un doublé), à la première minute du match pour lui souhaiter la bienvenue. Le jeune Kiki dérouté a mis en confiance le malien, l’Aigle en a profité pour se régaler. La suite aura été humiliante pour un jeune pourtant annoncé comme la seule solution en absence de Emmanuel Imorou.

A aucun moment il n’a pu presser Yatabaré lors de ses contrôles. (Pourtant c’est des notions élémentaires. Au centre en tant que défenseur l’agressivité et le pressing avant le contrôle du ballon par l’adversaire sont les notions oubliées par le jeune). Bref on n’avait pas mieux sur le banc. Il a aussi été victime de son manque de temps de jeu à Niort (L2) et son inexpérience. Il a de l’avenir un bon mental, mais nous a habitué à mieux donc il a la note 3/10.

Salomon Junior et Khaled Adenon ont respectivement 4 et 3,5/10

Aussi coupable de cette errance défensive et de ses buts d’entraînement, ils se sont souvent mis en difficulté par manque de communication. Néanmoins les deux ont joué très intelligemment sur des contres attaques maliens. Mais ont péché dans la lecture du jeu. Quasi absents sur les secondes balles, l’axe du Benin a bien été poreuse. Une faille qui peut être illustrée par la perte de vue du premier rideau défensif.

Adenon a commis une erreur de gamin en offrant une balle de la tête à un attaquant malien qui en repu a du manquer le cadre si non…Il a habitué le public béninois à son apport offensif, tout le contraire ce dimanche. Salomon physiquement présent a manqué de rapidité a des moments du match laissant passer l’adversaire. Le mal de ses quatre Écureuils formant la perméable défense a été leur incapacité à marquer leur territoire et de jouer trop bas. La note 4 est bien pour Salomon plus aux fronts et celle 3,5 pour Adenon.

Djiman Koukou 3/10

Par son manque d’empreinte en récupération il n’a plus depuis deux matches en arrière été une première barrière pour la défense béninoise. Très facile à dribbler, il a été tout sauf un renfort pour le milieu. Toujours disponible sur le plan offensif il a été souvent servi par ses partenaires mais n’a souvent pas fait le bon geste. Aucune frappe en direction du but adverse malgré ses bons positionnement. Pire son éternel problème a été la transmission, passe mal dosée et aussi l’hésitation et la mobilité. Il ferait mieux de retourner au Portugal ….sans être péjoratif.

Bello Babatoundé 3,5/10

Son manque de positionnement et de couverture, ont souvent mis la défense béninoise en difficulté. Il a joué ce dimanche son plus mauvais match en six rencontres. Agressivité, engagement motivation et frappe ont disparu, laissant place à un jeune Écureuil perdu dans un champ de palmier. Il a même été rappelé à l’ordre par Adenon. Néanmoins il a été très collectif sur l’ensemble du match. On le note sur 3,5/10.

Stéphane Sessegnon 4,5/10

Libre depuis la fin de son contrat avec les Baggies, le capitaine béninois n’a pu retrouver du service. Ce manque de compétition a déteint sur sa performance lors du match. Présent techniquement et tactiquement, il lui aura manqué le physique(Il a beaucoup marché). Malgré sa volonté seul il ne pouvait faire le printemps. Stéphane a été bien encadré par trois joueurs maliens. Son envie de faire mieux s’est illustrée par sa passe pour Gounongbé et plusieurs autres offrandes rejetées. Il a fait quelques actions d’éclats, pour charmer le public de Bamako, mais a été tôt muselé.
Buteur sur coup franc, « Un bijou » à 89 ème (Son 19ème but en 62 rencontres), en tant que capitaine, il a une part de responsabilité qu’il endosse d’ailleurs dans cet échec. 4,5/10 lui revient comme note.

Jodel Dossou 3/10

Son envie de plier le match a été vite changée en motivation de revenir au score. Il a fait beaucoup de pressing sur l’équipe adverse. Mais son péché a été d’être trop individuel, perdant quelques balles, mettant en difficulté son latéral droit qu’il n’a pu aider dans la tâche défense. En pane d’inspiration et en manque de réussite, ses passes n’ont être dans le bon timing. Malgré toute sa volonté il est sortie à la 51ème. Pour qui connait son talent, il pouvait mieux faire car en attaque le Bénin n’a pas été du tout productif. Après que Sessegnon ce soit retrouver dans les griffes des Aigles, qui ont baissé du régime sa présence pouvait fait du bien à l’équipe. Malheureusement le temps lui a fait défaut.

Frédéric Gounongbé et Steeve Mounie 4/10 et 3,5/10

Présent sans percussion offensivement, et premier buteur du Bénin à la 40ème minute, Frédéric n’a pas été d’un grand soutien pour la défense béninoise sur le côté gauche. Il aurait pu réaliser le triplé si ses deux têtes en première partie avaient été cadrées. A la point de l’attaque, Steeve Mounie a raté la deuxième occasion du Bénin d’ouvrir le score. Sur un coup de pied arrêté, venant de la droite vers gauche, il n’a pu ajuster sa tête qui est passée au dessus de la barre transversale. Très combatif il lui a parfois manqué de soutien.

Ces deux attaquants ont manqué de communication sur les retraits. Aussi, il leur a manqué de pressing,d’audace et de génie. Car aucune défense n’est imperméable. Les attaquants ont trop respecté les défenseurs maliens. On peut bien compter le nombre de fois ils sont venus dans la surface de réparation malienne, le contraire chez les Aigles. Gounongbé a donc 4 et Mounie 3,5.

Michael POTE 3/10

Malheureusement pour lui il n’a joué que 32 minutes. Comme les autres attaquants il a été victime du manque de style de jeu et de la bonne forme des maliens dans tous les compartiments de jeu. Poté a apporté ce qu’il pouvait à la défense, aura beaucoup couru pour rien. Car le rôle d’un attaquant c’est marqué ou faire marquer.

David Djigla 2,5/10

L’autre déception, en 39 minutes de jeu, il n’a pu mieux faire que Jodel dont il a pris la place. Entre vitesse et coupure il n’a pas comme d’habitude finalisé ses actions. Ils s’est heurté à des maliens plus agressifs et engagés à l’abris de petits jeux. La plupart de ses passes sont en retrait. Il a souvent été rattrapé dans ses percés et n’a pu faire sa volonté. 2,5/10 est la note qu’il mérite.

Remplaçants

Rudy Gestede, entrée inutile, car lourd il a toujours voulu des balles en sa direction et non en profondeur. Du à son style de jeu. Très bon de la tête, il n’a toujours pas été recherché par ses partenaires. Ceci à un moment où le Bénin gagnait presque tout ses duels aériens. En l’absence de l’éclaire Sessegnon, il a été l’ombre de lui même. Ses retraits n’ont pu servir à grand chose à cause de l’écart entre les excentrés et lui. Il a 2/10 pointé après 35 minutes de jeu. Car il n’a jamais été bien servi si non sa seule balle touchée dans la surface adverse a été une offrande au gardien.

Entraîneur

Oumar Tchomogo est passé à côté de son match. Une première erreur, après le deuxième but suite à une erreur de main le gardien Farnolle était complètement abattu. Il fallait juste le sortir et endosser la responsabilité. « Comment un Écureuils dans le palmier affamé peut rebrousser chemin juste en présence des Aigles », un bon entraîneur devait anticipé.

Deuxième erreur, Oumar n’a fait que des remplacements en attaque, c’est à croire que tout va bien des autres côtés. Troisième erreur il lui a manqué d’autorité sur le banc et du vécu pour prendre le match en main. Le Bénin n’avait pas une identité de jeu. En définitive ni entraîneur ni joueurs n’ont pu tourner.