Dossier « Véhicules d’occasion » : Valentin Djènontin enfonce Pascal Koupaki

Même s’il n’est pas directement cité, l’ancien ministre du régime défunt Valentin Djènontin s’est senti déçu et désabusé par le rapport d’audit sur la filière « voitures d’occasion » en martelant à contrario, que la gouvernance de la filière « est très réglementée par des arrêtés interministériels qui fixent les redevances et qui disent qui a droit à quoi ». Invité par Joel Yétondji sur l’émission matinale 100% Bénin de ce mercredi 10 aout sur la chaine panafricaine SIKKA TV, l’homme a dénoncé la supercherie qui a caractérisé l’audit commandité par le gouvernement.

En effet, selon le ministre Valentin Djènontin , le rapport de l’audit sur la gestion de la filière véhicule d’occasion « manque de sincérité » et de par sa position, explique t-il,  il est même un peu surpris par la période qui a été ciblée. « On parle de 2012 à 2016. Si l’audit voulait parler de 2012, pourquoi aller jusqu’à préciser encore à partir de mars. Si on avait fait l’effort d’aller 1 ou deux mois en arrière, cela aurait permis de bien comprendre ce qui s’est passé« . Et comme pour enfoncer encore le clou, Valentin Djènontin livre ce qui pour lui, justifie cette date:  « Mars 2012 parce que c’est le 05 mars 2012 que la filière véhicule d’occasion a été retirée à Bénin Control SA« . En clair selon Valentin Djènontin, « il y a donc une supercherie qui ne dit pas son nom« .

>>> A lire aussi : Bénin : le conseil des ministres révèle le scandale de la filière « véhicules d’occasion »

Pour l’ancien ministre, cette supercherie ne peut qu’émaner du président Patrice Talon et du ministre d’État Pascal Irenée Koupaki.  A l’en croire, l’ancien premier ministre Pascal Koupaki aurait trainé de nombreuses casseroles alors qu’il présidait la commission interministérielle de suivi de la filière. Et l’une de ces casseroles citées par Valentin Djènontin est la disparition d’un certain Tchibozo  avec 450 millions des fonds de la filière domiciliés entre-temps au port autonome de Cotonou. C’est pourquoi Valentin Djènontin se pose la question de savoir « pourquoi la personne qui était le président de la commission n’a pas cherché à savoir?«