Bénin : les explications de Romuald Wadagni sur les lettres de suspension non motivées.

Le ministre de l’économie et des finances était vendredi dernier en conférence de presse dans le cadre du rapport final de la mission d’expertise du Fonds Monétaire International sur la situation d’endettement de l’économie béninoise. Répondant aux questions des journalistes invités pour la circonstance, le ministre de l’économie et des finances en a profité pour répondre aux accusations portées aux gouvernent notamment sur les lettres de suspensions non motivées des cadres de l’administration.

Pour le ministre des finances, il est important de respecter la dignité des personnes car, à un moment donné de sa carrière, on peut être emmener à commettre à des erreurs et c’est pour autant qu’on ne serait plus un bon cadre demain. « Il arrive très souvent qu’on relève des personnes. Nous ne voulons pas indiquer, nous avons relever tel parce que parce que… (….) parce que il faut respecter l’honneur des personnes. On peut à un moment donné dans sa carrière faire des erreurs. Si moi, ministre des finances, je me mets à écrire, parce qu’ils (les syndicalistes du ministère de l’économie et des finances Ndlr) m’ont reproché de ne pas motiver la décision, toutes les plaintes qui sont justifiées, toutes les fautes qui sont factuelles, ces documents circuleront et c’est pas bon pour l’agent. Il a peut être appris de çà et il sera peut être un excellent cadre demain. Mais si cela le suit, c’est pas bien. (…) Si la décision n’a pas listé l’ensemble des choses, c’est pace que quelque part, il y a cette volonté, (de protéger les agents ndlr). De même que dans le conseil des ministres, quand on relève un directeur de société ou quelqu’un de son poste, on ne les lit plus, on ne les dit plus parce qu’il faut respecter l’honneur des personnes. La justice fait son travail et c’est pas à nous, responsables d’administration de nous mettre à mettre sur la place publique, des détails qui concernent des comportements.«