Sundar Pichai : L’indien qui devient le nouveau patron de Google

Sundar Pichai devient le nouveau patron de Google

Sundar Pichai est le nouvel homme fort de Google. Il succède au cofondateur Larry Page parti s’occuper d’Alphabet, le nouvel holding du géant de l’Internet.

Peu connu du grand public et décrit par les médias américains comme un homme discret, Sundar Pichai est désormais à la tête d’un mastodonte. Il vient d’être nommé directeur général de Google. D’origine indienne,[tooltip id= »6b5e4f38e409269f99c4dc26c37ebc9e »] [/tooltip]âgé de 43 ans, marié et père de famille, il succède ainsi au co-fondateur Larry Page, parti s’occuper du holding Alphabet[tooltip id= »6b5e4f38e409269f99c4dc26c37ebc9e »] [/tooltip]. Malgré ce manque de reconnaissance médiatique, le nouveau patron du célèbre moteur de recherche est pourtant derrière de nombreux produits phares, comme Android et Google Chrome.

Sa nomination au sommet de Google ne doit rien au hasard. Ces derniers temps, Sundar Pichai était devenu le bras droit de Larry Page. Mais bien plus qu’une relation hiérarchique, il y a une réelle relation de respect entre les deux hommes. Alors que Sundar Pichai considère le co-fondateur comme un « mentor », celui-ci s’estime chanceux « d’avoir quelqu’un d’aussi talentueux que lui pour diriger un Google légèrement aminci ».

Un homme très courtisé

Des liens privilégiés que veut conserver à tout prix Larry Page. Par cette nomination, il s’assure de la présence d’un profil très courtisé par les plus grands de l’Internet. Un temps approché pour prendre la tête de Twitter, il aurait également été pressenti pour succéder à Steve Ballmer à la présidence de Microsoft. C’est au final Satya Nadella,[tooltip id= »6b5e4f38e409269f99c4dc26c37ebc9e »] [/tooltip]également originaire d’Inde, qui devient le patron de l’entreprise fondée par Bill Gates.

« Sundar dit les choses que j’aurais dites (et parfois mieux!) depuis longtemps », souligne Larry Page, mais « il est vraiment monté en puissance depuis octobre ». Une ascension fulgurante pour le natif de Chennai, capitale de l’Etat du Tamil Nadu, dans le sud-est de l’Inde, qui n’est pas sans rappeler l’idée du « rêve américain » et qui confirme l’essor de l’Inde dans les industries de haute technologie.

Issu d’une famille modeste, Sundar Pichai vivait dans un appartement de deux pièces avec sa mère, sténographe, son père, ingénieur, et son petit frère avec qui il dormait dans le salon. Au sein du foyer familial, il n’y a pas de télévision, ni voiture et Sundar Pichai doit attendre ses 12 ans pour que ses parents s’équipent d’un téléphone. Si, petit, son monde n’était pas fait de technologies, il s’oriente pourtant rapidement vers ce domaine. Une vocation probablement issue du métier de son père qui travaillait chez General Electric Company, une entreprise britannique spécialisée dans l’électronique.

Une ascension fulgurante

Considéré par ses enseignants comme un étudiant très brillant, et doué d’une très bonne mémoire, Sundar Pichai est diplômé de l’institut indien de Technologie Kharagpur, d’un master de sciences de l’université de Stanford et d’un autre en gestion d’entreprise de la Wharton School de l’université de Pennsylvanie. Ce grand fan de basket et de foot a débuté sa carrière professionnelle chez le spécialiste des semi-conducteurs Applied Materials, Sundar Pichai a fait ses armes au sein du cabinet de conseil McKinsey, avant d’intégrer Google en 2004.

Depuis qu’il a rejoint la firme de Mountain View, Sundar Pichai a travaillé sur plusieurs produits phares de la firme. Il s’est notamment occupé,[tooltip id= »6b5e4f38e409269f99c4dc26c37ebc9e »] [/tooltip]en tant que vice-président[tooltip id= »6b5e4f38e409269f99c4dc26c37ebc9e »] [/tooltip], du système d’exploitation mobile Android, ou encore, du navigateur web Chrome dont il a participé au lancement en 2008. Dernièrement, il surveillait la gestion quotidienne des produits du groupe, ainsi que l’ingénierie et la recherche en tant que vice-président.

« L’homme le plus puissant dans le secteur du mobile », comme le décrivait un portrait de Bloomberg BusinessWeek l’an dernier, est aujourd’hui, l’un des hommes les plus puissants de l’Internet.

[tooltip type= »box » html= »Input Your Content Here » box_background_color= »#eeeeee » box_opacity= »0.95″ box_padding= »10″ box_border_color= »#3F3F3F » box_border_width= »1″ box_border_radius= »0″ id= »6b5e4f38e409269f99c4dc26c37ebc9e » /]